« Vivre c’est se poser dans le présent » (Proverbe indien)

« Désolé, je n’ai pas le temps… »

« Oh la la, le temps passe trop vite… »

« Mais, il me faut plus de temps… »

« Vite, dépêche-toi, je suis en retard… »

Quel est mon rapport au temps ? Comment je le gère ? Qu’est-ce que je m’autorise ou pas ?…

Bien souvent le temps est source de stress, d’angoisse…et nous ne sommes parfois pas centrés sur ce que nous sommes en train de faire.

La pratique de la sophrologie nous inscrit dans « l’ici et maintenant ». Prendre le temps de se poser, de se poser dans sa respiration, de s’accorder un moment privilégié avec soi-même en toute simplicité, écouter et prendre conscience des sensations corporelles, des pensées, des émotions de l’instant.

Être dans le présent c’est accueillir ce qui est là, juste là, sans référence à un temps passé qui n’est plus et un temps futur qui n’est pas encore. C’est comme lorsque nous nous  émerveillons devant un nouveau-né : Nous prenons tout notre temps, le temps n’est plus celui de la montre, le temps est suspendu, le temps est à la rencontre, le temps est au présent, le temps est dense. Être là dans l’ici et maintenant, être disponible à ce qui est sans analyse ni jugement.

Si nous ne pouvons modifier ce qui est là, nous avons la capacité, de prendre conscience de ce que nous vivons, de porter une attention particulière à ce que nous sentons, ressentons en nous. Identifier, nommer nos sensations, perceptions de l’instant qu’elles soient agréables ou pas, permet d’accueillir ce qui se présente tel qu’il se présente sans être submergé par nos émotions.  Vivre le présent c’est savoir se rendre présent à soi-même. Et lorsque nous sommes présents à nous même, nos tensions se relâchent, notre mental s’apaise, nous devenons plus sereins et plus ouverts.

Nous ne prêtons, parfois, plus attention à ce qui fait notre quotidien car impression de déjà vu, de connu, d’habituel. La sophrologie permet de changer notre regard en adoptant une vision plus objective de la réalité. Elle nous invite à regarder les choses chaque fois « comme si c’était la première fois », dans l’ici et maintenant.